Pour vos travaux extérieurs, trouvez vos machines aux enchères

.  Aucun commentaire
S'équiper malin

Vous êtes une collectivité, un professionnel ou encore un particulier. Durant l’hiver ou en prévision du printemps, vous souhaitez effectuer ou planifier des travaux extérieurs. Que vos besoins en équipements soient importants, normaux ou modestes, que vous poursuiviez un objectif privé ou public, vous pouvez trouver de nombreux engins et machines de TP, vendus aux enchères, par des professionnels ou particuliers.

12122_01_z

Les mises aux enchères d’équipements de travaux publics comprennent de nombreux biens neufs ou d’occasion à bon prix. Si vous souhaitez effectuer des travaux publics, afin de rénover ou construire des immeubles ou infrastructures, vous pouvez trouver des engins de première ou seconde main à un prix abordable. Par exemple, une carotteuse, un marteau thermique, pour seulement 500 TTC. Un gerbeur, un perforateur thermique, vendus aux enchères respectivement pour 370 € TTC et 151 € TTC.

Si vos objectifs sont l’entretien d’espaces extérieurs, ou que vous souhaitez préparer votre matériel, vous pouvez trouver des motoculteurs d’occasion pour 570 €, des nettoyeurs haute pression à eau chaude pour 150 € TTC. De plus, dans le cadre de travaux de rangements, des compresseurs de différentes marques et états, très abordables, vous seront très utiles. De la marque PULSAR, à la marque BELAIR, en passant par les marques ABAC, COMPAIR, MASTAIR, vous pourrez acquérir un compresseur à 220 V pour un prix égal ou inférieur à 80 € TTC, le prix le plus bas étant celui de 30 € TCC. Enfin, si vous souhaitez transporter des objets déblayés, et vous équiper à coût modeste, un DUMPER VOLVO d’occasion est vendu à 1470 € TTC.

Alors que vous souhaitiez préparer le printemps ou profiter de l’hiver, n’attendez plus. Et si vous souhaitez écouler le matériel en trop ou inutile, vendez vos engins et machines de travaux publics sur les sites de mises aux enchères en ligne. De quoi préserver son portefeuille et faire des heureux.

écrit par Céline BRZUSZKIEWICZ

Répondre